L’ art de la rue, également surnommé « street-art », s’est développé fin des années 70 sur les pentes de la Croix-Rousse, jusqu’à la Place des Terreaux. Pour commencer sur de bonnes bases, savez-vous ce qui caractérise une œuvre de « street art » ? Elle est souvent éphémère (se détériore avec le temps ou est effacée) mais heureusement, certaines œuvres sont acceptées par les riverains et sont donc conservées !

Lyon est même décrite comme « une ville tatouée » par Gérard Colomb, ancien maire de Lyon. Voici les œuvres que vous pouvez croiser au détour d’une rue…

La Vénus inversée par Don Mateo

Elle se cache dans une niche du Musée des Beaux-Arts, côté Place des Terreaux. Il s’agit de la Vénus de Botticelli dans La Naissance de Vénus. Don Mateo réemprunte une pièce d’art majeure pour la détourner et ainsi faire passer un message qui lui tient à cœur : L’art ne doit pas être uniquement enfermé dans les musées !

Le Mario par In The Woup 

Sur l’angle d’un bâtiment impasse Polycarpe, semblable à de la mosaïque, vous pourrez apercevoir un Mario en technique pixelart. In The Woup est un artiste plongé dans l’univers des jeux vidéo. Son objectif ? Élever les figures du gaming des années 80 au rang d’art.

La figure d’un « envahisseur » de Space Invaders 

Mario de In The Woup n’est pas tout seul à l’angle de l’impasse, il partage son mur avec le travail de Spaces Invaders ! Cet artiste a lui aussi pour thème l’univers du numérique. Il adopte une vision apocalyptique de la société qu’il matérialise sous la forme d’envahisseurs venant détruire la planète.

Pour la petite anecdote, il a joué des craintes du « bug informatique mondial » prévu pour l’an 2000 en posant, à minuit pile, un « envahisseur » sur le D des lettres HOLLYWOOD à Los Angeles.

 

 

Le singe signé Bonobo 

Mario de In The Woup n’est pas tout seul à l’angle de l’impasse, il partage son mur avec le travail de Spaces Invaders ! Cet artiste a lui aussi pour thème l’univers du numérique. Il adopte une vision apocalyptique de la société qu’il matérialise sous la forme d’envahisseurs venant détruire la planète.

Pour la petite anecdote, il a joué des craintes du « bug informatique mondial » prévu pour l’an 2000 en posant, à minuit pile, un « envahisseur » sur le D des lettres HOLLYWOOD à Los Angeles.

 

Le bas de mannequin par Droit dans le mur

Un art saisissant et très différent des autres : l’œuvre du collectif Droit dans le mur. Avez-vous déjà croisé ce bas de mannequin habillé et positionné comme s’il était en train de rentrer dans le mur en sautant ? Il s’agit d’une grande œuvre en plastique acceptée par les habitants, passants et même par la mairie !

Les pansements urbains d’Émemem  

Au coin d’une rue et un peu partout dans Lyon (comme au Passage Thiaffait), vous pourrez observer au sol « des pansements urbains » de l’artiste Émemem (son nom est un jeu de mots avec M&M’s). La particularité de cet artiste ? Il panse les trous dans la chaussée par du carrelage coloré. Il fallait y penser !
RESERVER
BOOK